Loading...

Documentaire | 2012 | 123 mn | Couleur | 16:9 | VOST

Alors que la vision ou la soi-disant solution de « deux peuples - deux Etats » en Palestine - Israël est en train de mourir lentement, face à des visions apocalyptiques, l’escalade du racisme, la colonisation en cours et la répression permanente de la part d'Israël, Etat Commun, une conversation potentielle, le documentaire d'Eyal Sivan, propose une rencontre cinématographique entre Arabes palestiniens et Juifs israéliens.

CS_trailer_FR

Alors que la vision ou la soi-disant solution de « deux peuples - deux Etats » en Palestine - Israël est en train de mourir lentement, face à des visions apocalyptiques, l’escalade du racisme, la colonisation en cours et la répression permanente de la part d'Israël, Etat Commun, une conversation potentielle, le documentaire d'Eyal Sivan, propose une rencontre cinématographique entre Arabes palestiniens et Juifs israéliens.

Vingt entretiens ont été réalisés sur le thème de l'état commun avec des politiciens et des colons, des juristes et des artistes, des personnes âgées et plus jeunes, des Juifs ashkénazes et sépharades, des Arabes palestiniens en Israël et dans les territoires occupés. Les interviewés répondent aux mêmes questions dans leur langue maternelle en discutant avec le réalisateur, et l'écran est divisé en deux, avec un Juif israélien et un Palestinien en parallèle, l'un écoutant et l'autre parlant et vice versa, établissant avec ce dispositif un point de rencontre entre deux réalités fragmentées et séparées les unes des autres dans la vie quotidienne.

Avec la participation de : Ariella Azoulay, Omar Barghouti, Meron Benvenisti, Rozeen Bisharat, Eliaz Cohen, Leila Fersakh, Haim hanegbi, Sandi Hilal, Ala Hlehel, Hassan Jabareen, Yael Lerer, Gideon Levy, Roucham Marton, Hisham Naffa'a, Salman Natour, Ilan Pappe, Nurit Peled-Elhanan, Amnon Raz-Krakotzkin, Nadim Ruhana, Yehuda Shenhav, Ayelet Tzviel Haddad, Michel Warschwski, Khaled Ziadeh, Haneen Zouabi

 

 

Dialogue utopique à la frontière israélo-palestinienne. Le documentariste Eyal Sivan impose le devoir d'écoute aux protagonistes du conflit. Passionnant, nuancé, précis
Le Monde
Le film pose les problèmes autrement et considère comme un problème ce que certains voient comme une solution : l’idée même de partition.
Rue 89
État commun, conversation potentielle [1] se propose précisément de forger, par le concret des paroles, des représentations nouvelles et minoritaires, de les rendre possibles dans l'imagination pour, à (long) terme, qu'elles puissent influer sur la réalité. N'est-ce pas là ce qu'on attend des cinéastes ?
Politis
Ce dispositif devient la métaphore d'une histoire convulsive. Austère, mais passionnant.
Télérama
Sivan crée le lieu d’un possible: d’une conversation, et donc d’une politique. Dans la ligne qui sépare encore les êtres à l’écran, il glisse la promesse d’un autre avenir. Ce que l’on pourrait appeler un « raccord de paix.
Etvdes
Le film prend le genre documentaire à contrepied, puisqu’au lieu de s’en tenir au réel, limite à laquelle on a tendance à le cantonner paresseusement, il tente de créer et de faire partager une vision collective, c’est-à-dire une image, afin de rendre possible, donc d’abord pensable par tous, une autre manière de vivre-ensemble.
Débordements
Un film invente un pays, Israël-Palestine, Palsierstaïenle. Territoire-anagramme, (...) S’il est fictif, c’est dans le devenir documentaire de la fiction, dans le devenir juste de l’injustice, dans le devenir réel de l’utopie.
Les Inrocks
Un documentaire éclairé, lucide et instructif.
Studio Ciné Live
Juliano Mer-Khamis Prize for Best Documentary
Cinema South International Film Festival, Sderot, Israel 2012